Porridge indien savoureux hommage Inde

La version modifiée de ce porridge provient du sud de l’Inde. On peut le proposer pour le dîner ou le souper. On peut accompagner ce plat de chili farcis. Je préfère utiliser des jalapenos plutôt que des chili kenyan.

50 ml d’huile de sésame
2 cuillerées à café de graines de cumin
1/2 cuillerée à café de poudre asafetida
10–12 feuilles de curry, lavées
1/2 oignon moyen, pelé et coupé en minis cubes
1 carotte moyenne, pelée et coupées en minis cubes
1 poivron rouge, sans les graines et coupé en minis cubes
100 g de petits pois
5 cm de racine de gingembre, pelée et râpée
4-6 chilis verts, de préférence kenyan, finement hachés
1/2 cuillerée à café de curcuma
2 cuillerées à café de sel u au goût
2 poignées généreuses de cilantro, lavé et finement haché et 1 poignée d’extra pour la garniture
215 g de semoule
800 ml d’eau bouillante
Hule d’olive pour accompagnerIMG_20160702_135339.649

  1. Chauffer l’huile dans une poêle profonde feu moyen pendant 2 minutes. Ajouter les graines de cumin et mélanger. Ajouter la  poudre asafetida, les feuilles de curry puis continuer la cuisson pendant 1 minutes afin de laisser dégager les odeurs sublimes.
  2. Ajouter l’oignon et cuire pendant 1 minute. Ajouter la carotte et cuire pendant 2 minutes. ajouter le poivron et cuire pendant 2 minutes.
  3. Une fois que tous les légumes sont devenus tendres, ajouter les pois, les chili verts, le curcuma,  le gingembre, le sel et une poignée de cilantro. Mélanger délicatement toutes les épices, ajouter la semoule et l’eau aux légumes et cuire pendant 1 minute.
  4. Diminuer le feu et cuire 1 autre minute. Cuire 1 autre minute, ajouter 200 ml d’eau restante. Mélanger puis cuire pendant 30 secondes.
  5. Servir immédiatement dans des bols puis ajouter l’huile d’olive et le cilantro. On peut accompagner le porridge avec des barela marcha.

Pour 4 personnes avec avec barela marcha

 

Photo of the Day: The Golden Rock

Edited photographer note: The Golden Rock in Myanmar is a holy and important site, which Buddhists frequent in large numbers. A boulder covered in gold leaf balances precariously on the edge of a cliff, and pilgrims come to worship this astonishing defiance of gravity.

Photo by David Lazar (Brisbane, Australia); Myanmar

Source: http://smithsonianmag.tumblr.com/post/121845139181/smithsonian-magazine-photo-of-the-daytumblr_nq5eqdh8UX1r7u6l5o1_1280

Soupe soyeuse Shan – tohu byawk

Cette soupe épaisse et jaune pâle est servie le matin dans les marchés de la région de Shan ainsi que dans le  nord de la Thaïlande. Bien qu’elle ressemble à un porridge, elle  mérite d’être préparée pour un repas du midi ou du soir. Son avantage est que l’on peut utiliser soupe restante  (sans les nouilles) afin de préparer du tofu Shan le lendemain.

1  1/2 tasses de farine de pois chiche
2   1/2 cuillerées à café de sel
8 tasses d’eau, ou davantage si nécessaire
300 g de nouilles de vermicelles fraîches ou soba ou 250 g de nouilles séchées cuites selon les indications du fabricant

Accompagnement et condiments au choix

1/2 tasse d’arachides grillées concassées
1/4 tasse d’huile d’oignon et ail
1/4 tasse de sucre de palme liquide (voir un peu plus bas)
2 cuillerées à table d’huile de chili
1/4 tasse de sauce de chiles et ail
1 tasse ou plus pois tendrils blanchis
1 poignée de feuilles de laitue (chicorée) ou chou
1/2 tasse de feuilles de cilantro hachées

  1. Préparer. Dans un grand bol, mettre la farine de pois chiche et le sel, 2 tasses d’eau puis fouetter vigoureusement; s’assurer qu’il n’y ait pas de grumeaux  (utiliser au besoin un tamis et un autre bol puis  presser légèrement le mélange). Mettre de côté pour un moment.
  2. Cuire. Dans une grande casserole lourde en métal,  verser les 6 autres tasses d’eau et porterà ébullition, puis diminuer à feu moyen-élevé. Fouetter le mélange de pois chiche à plusieurs reprises, utiliser une cuillère en bois afin de bien mélanger tout en versant le mélange dans la casserole d’eau bouillante. Au tout début, une mousse se formera à la surface puis se dissipera rapidement. Diminuer le feu à moyen puis remuer continuellement afin que le mélange ne colle pas au fond de la casserole. Après 5 minutes environ, le mélange deviendra épais et soyeux. Réduire le feu et continuer à remuer le mélange pendant quelques minutes. (Si vous prévoyez ne pas la servir immédiatement, recouvrir hermétiquement la soupe afin d’empêcher qu’une pellicule ou une peau se forme à la surface et mettre de côté. Au moment de servir, ajouter un peu d’eau pour éclaircir un peu le mélange et chauffer à feu moyen. Remuer pendant que la soupe se réchauffe afin d’empêcher la formation de grumeaux).
  3. Servir. Transférer les nouilles dans des bols individuels. Verser la soupe et inviter les convives à choisir les condiments et les accompagnements proposés. Ajouter la cilantro.

Pour 4 à 5 personnes

Note: Avec des restes et to tofu jaune pâle Shan

Utiliser le reste de la soupe afin d’obtenir le lendemain le  tofu jaune pâle Shan.

Sucre de palme liquide

Mettre 1 tasse d’eau dans une petite casserole puis ajouter 3/4 tasse de morceaux de sucre de palme concassés. Cuire à feu doux en remuant de temps en temps avec une cuillère en bois pendant environ 10 minutes. Laisser refroidir puis transférer dans un bocal très propre, l’étiqueter puis ranger dans le garde-manger ou au réfrigérateur.

 

Pour le plaisir (46) : Roti birman

Sinogastronomie

Ma première rencontre avec la cuisine birmane s’est faite tout récemment au restaurant Irrawaddi, situé au n°24 de la rue 334 à Phnom Penh, quartier Beung Keng Kang, entre les rues 51 et 57. Ma connaissance de la cuisine birmane donnant une idée assez exacte du zéro absolu, j’ai laissé la patronne guider mes pas. Quelques épisodes de notre série « Pour le plaisir » vont donc être consacrés à la cuisine du Myanmar.
La première question qui me fut posée par la patronne fut de savoir si je préférais du riz, ou du roti. Déduisant que le roti en question était un pendant au riz, et non une pièce de viande cuite au four comme semblait le suggérer la phonétique du mot, et n’ayant pas la moindre idée de ce que cela pouvait être, je me jetai à l’eau.
Il s’agit en fait d’une galette de farine de blé, contenant dans…

View original post 160 mots de plus

Pour le plaisir (47) : Salade de liserons d’eau

Sinogastronomie

C’est encore au restaurant Irrawaddi de Phnom Penh que je fais connaissance avec un autre type de plats présenté comme un « must » de la gastronomie birmane : les salades, et, en l’occurrence, la salade de liserons d’eau dont vous trouverez la photo à la suite de ce billet. Ma connaissance de la langue birmane donnant une idée assez précise du néant, je ne peux malheureusement pas vous donner le nom birman. Sur la carte de ce restaurant, ce plat (proposé pour la modique somme de 2 dollars) est simplement appelé « morning glory salad ».
Il s’agit donc de liserons d’eau (légume que j’ai récemment eu l’occasion de présenter, voir ici) émincés et agrémenté, entre autres, d’échalote hachée et d’arachides écrasées. Je ne connais pas la composition de la sauce employée, mais il me semble bien y avoir détecté la présence, dominante, de l’huile de sésame.
La salade est rafraîchissante, pas très…

View original post 64 mots de plus